fbpx

Contre l'arrivée du moustique : construisez un abri à chauve-souris

mairie de muret actualites visuel moustique 3À L’ÉCHELLE DU CITOYEN, LIMITER LA PRÉSENCE DU MOUSTIQUE EST POSSIBLE

Les actions débutent en fin de période hivernale, avec l’installation d'abris à chauve-sourie ; un plan vous est proposé au bas de cette page.

Par ailleurs, au printemps et en été, il est nécessaire de veiller à supprimer les eaux stagnantes dans lesquelles cet insecte a l’habitude de pondre : coupelles sous les pots, creux d’arbre, pneus usagés, vases, jouets, bidons, bâches, poubelles à ciel, ouvert, brouettes, canalisations d’eaux usées, gouttières bouchées, et de manière générale, tout objet (même petit) susceptible de retenir de l’eau de pluie.

Découvrons les chauves-souris prédatrices naturelles du moustique

Ce petit mammifère fait souvent l’objet de rumeurs peu flatteuses. Mal aimé car méconnu, on raconte bien des histoires sur cet animal : il suce le sang en mordant dans le cou tel un vampire, s’accroche dans les cheveux, porte malheur... Mais lorsque que l’on apprend à le découvrir, on se rend compte qu’il est exceptionnel et qu’il nous est bien utile.

Pour vous réconcilier avec ces petites bêtes, voici les choses à savoir

On compte près de 1400 espèces différentes : Grand rhinolophe, Barbastelle d'Europe, Petit murin, Grande noctule, Pipistrelle commune, Oreillard roux...

Pourquoi la chauve-souris porte-t-elle ce nom ?
Nombreuses personnes pensent que la chauve-souris a des liens de parenté avec la souris. Mais ce n’est pas le cas, elle n’est pas un rongeur. Elle doit son nom à une mauvaise traduction à l’époque des Romains. Il semblerait qu’à cette époque elle portait le nom de cawa sorix, la « chouette-souris » car elle ressemblait à une souris et elle volait la nuit. Mais le terme « cawa » s’est transformé en calva qui signifie « chauve ».

Elle vole avec ses mains !
La chauve-souris est le seul mammifère volant de l’ordre des Chiroptères . En grec, « chiro » signifie main et « ptère » aile, soit « vole avec les mains ». Ses ailes sont composées de mains modifiées dont les doigts sont allongés et sous-tendent d’une fine membrane de peau, souple et élastique. Cette membrane assure la portance et est appelée le patagium. Cette main ailée qui a permis à la chauve-souris de conquérir les airs (et à Clément Ader aussi…;) ), lui sert également de protection pendant son temps de repos. En effet, cette cape thermique agit comme un régulateur de température.

A noter que certaines espèces ne se contentent pas de voler, elles sont aussi agiles sur le sol, dans les branches ou sur les voûtes des cavités

Les chauves souris, des oreilles pour yeux…
La chauve-souris, un animal nocturne qui voit avec ses oreilles. Environ 800 espèces vivent de nuit. La journée, dans leur abri, les chauves-souris absorbent, grâce à la chaleur, toute l’énergie nécessaire à la chasse nocturne. La chauve-souris arrive à se déplacer de nuit grâce à l’écholocation. Elle émet des ultrasons. Ce système comparable au sonar leur permet de reconnaître leur position mais aussi, en cas de chasse, la taille de la proie. La chauve-souris mange, par nuit, près de la moitié de son poids en insectes. Elle peut capturer jusqu’à 20 insectes à la minute.

Un monde à l’envers
Presque toutes les espèces de chauves-souris passent une grande partie de leur vie la tête en bas. Les pieds des Chiroptères ont subi une rotation de 180 degrés par rapport aux nôtres. Son poids tire sur les tendons, ce qui bloque ses griffes au support sur lequel elle est suspendue. Cette évolution s’avère idéale pour s’accrocher aux voûtes des cavités ou aux charpentes des maisons. Cette solution leur permet aussi d’échapper aux prédateurs. Se laissant tomber, elle s’envole plus rapidement. Ainsi, elle ne dépense pas d’énergie. Son corps s’est adapté a cette position afin d’éviter que le sang ne stagne dans le cerveau.

Les chauves-souris et leur cycle biologique Le cycle biologique de la chauve-souris est en lien avec les saisons. Le dessin de François-Xavier LOIRET illustre bien ce cycle de vie (source:www.nuitdelachauvesouris.com)

Mais alors, vampire ou non ? La chauve-souris est à qualifier d’insecticide naturel plus que de vampire. Elle consomme les moustiques, des papillons de nuits et autres parasites de l’Homme. C’est un vrai insecticide naturel qui n’empoissonne pas les sols et l’eau. La chauve souris est insectivore et non hématophage (animal se nourrissant de sang).

Pour tout vous avouer… La chauve-souris vampire commune, la vampire à pattes velues et la vampire à ailes blanches se nourrissent bien de sang. Ces trois espèces vivant en Amérique Latine mesurent environ 9 cm et ont des dents bien acérées leur permettant de blesser leur proie. Elles s’attaquent généralement à des bêtes d’élevage ou des oiseaux. L’humain est rarement pris pour cible.

Et les chauves-souris s’accrochent-elles dans les cheveux ? Comme évoqué précédemment la chauve-souris par la forme de ses ailes est doté d’un vol très précis, son système de guidage par ultrason permet de détecter tout objets grands ou petits… Alors pas d’inquiétude !

Des animaux menacés mais protégés par la loi De nombreux facteurs menacent ce petit mammifère :

  • la suppression des gîtes,
  • les produits toxiques, comme les pesticides ou le traitement des charpentes,
  • la transformation de leur domaine de vie (réseau routier qui se densifie, abattage des arbres, destruction des haies,
  • mortalité directe par l’homme (chasse, éoliennes, animaux domestiques comme le chat,...)

Heureusement, en France, toutes les espèces de chauves-souris sont protégées par la loi de 1976 sur la protection de la nature, article L.411-1 du Code de l’Environnement. Il est interdit de leur nuire car elles sont garantes de la qualité des milieux naturels : elles mangent les insectes, leur guano (compost résultant des accumulations d’excréments sur le sol) peut servir d’engrais.

Maintenant que les chauves -souris n’ont plus de secret pour vous et que toutes les appréhensions ont disparu, accueillez-les chez vous !

Construire un gîte à chauves-souris
  • type de bois : épais (2 cm au moins) et résistant. Il faut que le gîte soit étanche. Il doit aussi être un bon isolant aux variations des températures. Il faut laisser les bois brut et naturel. Il est possible de créer des stries à l’intérieur du gîte. Elles serviront aux chauves-souris pour s’accrocher. Ne pas utiliser du bois traité. Les solvants et vernis seraient nocifs pour les occupants.

  • orientation : il est préférable de placer le nichoir direction sud /sud-est Il doit être au maximum abrité de la pluie et du vent. Aussi même si nos petits mammifères aiment la chaleur en journée, il ne faut pas un soleil direct sur l’abri.

  • hauteur minimum par rapport au sol : 4 à 5 mètres.

  • l’entrée du gîte doit se situer sur le bas du nichoir et ne doit pas dépasser 1.5 à 2 cm de largeur. Au risque d’être délaissé si l’ouverture est trop importante.  

Plans et dimensions du gîte.

Ville de Muret

Mairie de Muret
Hôtel de Ville
27 Rue Castelvielh 
31600 Muret

telephone

Nous contacter

05 61 51 95 95